Je me souviens de … ce papier si important

Photo & Texte © KanCKonYva

2mois après mon arrivée, je ne l’ai pas souvent vu ce ptit jeune.

Le petit fantôme du foyer. On ne le voit jamais. Il vit sa vie.

Ah ça soulève des frustrations professionnelles. Quel accompagnement mener avec un jeune courant d’air….

Pourtant personne ne voit son côté débrouillard. Il va tous les jours à l’école. Il travaille au marché au puce pour se faire deux sous et a un réseau social bien présent dans sa vie. Toujours à l’heure pour les repas au foyer. Il ne demande rien à personne, « il gère ». Ah c’est sûr que niveau hygiène il n’est pas au top.

Sa chambre ne lui plait pas. Elle est trop grande.

13m² dans lesquels se trouve un bureau qui sert plus de décoration qu’autre chose ; Un petit lit une place avec une couette négligemment posée dessus, ni draps, ni oreillers ; Un placard où un bric à brac d’affaire s’entassent -Remettons l’image du bric à brac dans son contexte, on parle de 2 pantalons et 4 t-shirts qui se courent après parsemés de slips douteusement propres. Rien de plus. – ; Un petit tableau de liège désertiquement vide ; Une étagère murale désespérément nue. Pas de gel douche, pas de déo, pas de savon, pas de brosse à dent, y a-t-il quelqu’un qui vit ici, on se le demande.

Malgré ce désert, le sol est toujours sale, les sanitaires absolument inapprochables, 2paires de chaussures jetées sur le sol accompagnées de quelques chaussettes dépareillées. Un régal de rentrer dans cette chambre le matin pour réveiller monsieur.

« Le problème c’est qu’il n’est ni à l’hôtel, ni au club Med. » Insiste l’équipe éducative.

Il faut qu’il le sache.

Les éducs sont frustrés. Réunion au sommet, on ne peut plus le laisser faire comme ça.

Tout lui a déjà été dit plusieurs fois mais rien ne change.

Sanction.

Quelques jours de mise à pied pour qu’il comprenne qu’ici ce n’est pas un du ? – Trop radical. – Alors switch des chambres ! Fini le privilège de la grande chambre !

Mademoiselle de la chambre à côté convoite ce 13m² depuis des mois, manque de chance elle ne lui a pas été attribuée. Jour de chance enfin, elle va permuter son petit 9m² avec monsieur.

10minutes plus tard il aura fait son unique carton. 1h30 plus tard elle aura fait ses 8 cartons.

N’en parlons plus, attendons la fin de cette semaine test pour être content d’enfin poser cette mise à pied.

Surprise. Fin de semaine arrive. On ouvre la chambre.

Ca sent bon.

Le lit est fait. Le bureau est rempli de stylos, de feuilles, de livres, on est même content de voir le bazar sur son petit bureau. Le placard est rempli de nouveaux habits. Le lavabo est orné de tout le nécessaire de toilette digne d’un jeune homme coquet.

On doit l’admettre, elle est bien loin l’envie de poser une mise à pied.

Que s’est-il passé…

On comprendra plus tard qu’il ne pouvait pas se construire dans une chambre de 13m².

Il vient d’un pays où sa maison de 9m² abrite sa famille entière. Il n’a jamais eu à faire de ménage, les femmes s’en chargent chez lui. Il ne connait pas les chambres individuelles, il ne connait pas l’hygiène au masculin alors doubler la surface à faire est encore plus impossible à imaginer.

Le soir désormais, il reste dans sa chambre après le repas, il reçoit des amis, il accroche des photos au mur. Il se pose. Il prend possession des lieux. Il se construit une vie de plus en plus structurée. Il commence à avoir des repères. Ses projets prennent vie.

Pour preuve.

J’assure une semaine de permanence à l’accueil. On ne s’est que très peu croisé tout au long de ces deux derniers mois. Pourtant ce matin-là, il vient me voir.

Il me sourit, il est gêné. Il me pose un papier sur le bureau. Je lis. Ce n’est pas écrit en français, je ne comprends pas.

Il sourit et me pose un petit calepin sur le bureau. Son passeport. Il est fier.

Je n’ose le toucher. Son objet le plus précieux, je ne peux pas le lui prendre sans son autorisation. Je peux ? Il sourit, enlève sa main et le pousse vers moi impatient que je l’ouvre.

J’ouvre. Sa photo en première page. Il est beau. Il rayonne. Je feuillette ses pages vierges que j’imagine remplie de tampons turcs. Ces tampons tant attendus. Ca y-est, il peut enfin partir avec la garantie de pouvoir revenir. Il est heureux. Je lui rend vite, il a besoin de l’avoir dans ses mains. Il doit réaliser. Le saint graal, il l’a enfin.

A l’accueil, j’ai une vue panoramique de l’entrée. Des escaliers, quelques marches, il a pour habitude de s’y poser le soir.

Il y restera 1h18 cette après-midi-là.

Seul.

Il admire son petit calepin. Il le feuillette, il le regarde, il le triture.

Son sourire ne le quittera pas ce jour-là. Je ne le quitterais quasiment pas du regard ce jour-là. Il m’a touché. L’impression que pour lui tout devient possible. Tous les espoirs sont enfin possible. Il en prendra conscience ce jour-là.

Photo & Texte © KanCKonYva
Publicités

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. yurididion dit :

    Salut!
    Curieux de lire la personne qui m’a laissé de si charmant commentaire, je découvre une écriture poétiquement directe, pleine de vie et de vécu. Un coup de frais sur les lectures « blog » des éducateurs. Merci! Ca fait du bien.
    Ton écriture m’évoque un peu celle, éminemment poétique, de Joseph Rouzel (grand éducateur français). As-tu déjà lu ses livres? Ils sont passionnant.

    Et merveilleuse partage que cette touchante histoire.

    Aimé par 1 personne

    1. KanCKonYVa dit :

      Alors là je dois te dire un Grand merci ! Je te décerne la palme du plus beau commentaire à vie ! On ne pouvait pas me toucher plus qu’en évoquant Rouzel pour parler de mon écriture ! Je peux te dire que je m’en suis vantée toute la soirée auprès des copines (qui ne le connaissait pas ! Mais maintenant c’est bon le nom elle l’on saisit !)
      Quel honneur ! Vraiment !
      Évidemment donc que je connais Joseph Rouzel, il m’a accompagné pendant mes études, lors de la rédaction de tous mes écrits, et au quotidien dans ma pratique ! Bref je vénère son oeuvre ! Passionnant, dynamique et alliant a la perfection la pratique et la théorie ! Bref un maitre en la matière.
      Merci encore pour ce merveilleux parallèle en tout cas 🙂
      Au plaisir de continuer à partager tout ca 🙂

      J'aime

  2. Je découvre ton blog par ce récit. Bonne pioche. Ton écriture est simple, avec une narration toute descriptive qui touche et permet d’atteindre le sensible. J’ai vraiment passé un agréable moment à te lire. En fin de journée ça fait du bien.

    Aimé par 1 personne

    1. KanCKonYVa dit :

      Je suis contente d’avoir pu contribuer a cette fin de journee 🙂
      Merci pour ce message, chaque petit passage sur ces mots me touche, l’impression quils redonnent vie a ces moments 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s