Chasse aux bonhommes quillés.

KeZaKo ?

Il suffit de se rendre en Islande. De vagabonder dans les rues de Reykjavik. De lever les yeux se laissant inspirer par l’attraction des elfes. De se faire entrainer par un élan enfantin sur les traces de la carte aux trésors, à la poursuite de la plus incroyable quête qui puisse exister.

Alors voilà je me suis retrouvée confronté a une découverte à laquelle je ne m’attendais pas ! Incroyable de découvrir cette ville grâce a une chasse sans merci !

 Quand le pokemon devient obsolète.

3 semaines pleines que nous parcourons les routes d’Islande. 3 semaines que nous dormons en tente et 4X4. 3 semaines que nous mangeons des noodles. 3 semaines qu’il fait frisquet, parce qu’on est en octobre, en hiver. 3 semaines que les douches se comptent sur les doigts d’une seule main. 3 semaines a vivre a 4 dans les 2m2 de la voiture. 3 semaines que l’aventure a commencé. Et du temps nous n’en avons plus beaucoup. Nous finissons notre exploration caillouteuse par la civilisation. Nous décidons de passer 3 jours à la capitale. De nous fondre dans la masse de population, de retrouver un lit, de redécouvrir l’art de la douche, de déguster de vrais plats chauds, de retrouver notre individualité, de nous séparer. Chacun son programme, nous nous retrouverons dans 3 jours et au détour d’une partie de carte dans la cuisine.

Une fois le contexte posé, on comprend que la fatigue est bel et bien présente, que le confort est quelque peu oublié, que la civilisation parait être un nouveau mot. Pour ce premier jour de reconnexion, j’ai voulu le placer sous le signe du rien, a buller dans l’auberge de jeunesse, a errer dans les couloirs, a dormir et encore dormir, a rester allongé à ne rien faire, a commencer un premier tri de photo toujours allongé, a écouter de la musique, a redécouvrir les joies d’internet et a me cuisiner un petit plat exquis. Fallait pas déconner pour le deuxième jour. Coup de pied au cul, dehors ! Oust ! « Aller je vais marcher une petite heure histoire de visiter un peu quand même ».

Il a l’air de faire doux aujourd’hui, un t shirt et un sweat feront l’affaire. Et me voilà partie à la conquête de rien. Pas vraiment conquise par la ville. Des gens partout. Une rue, charmante, mais bondée. Des boutiques partout, souvenirs en pagailles, breloques et bibelots a foison, ça déborde d’inutilité. Des bars sympas et entrainants mais fin de voyage oblige, l’argent n’est plus au rendez vous, et 10euros la pinte je ne peux plus me le permettre, donc s’asseoir à un bar et juste être là n’est pas possible non plus. J’abandonne. Je rentre. Sur ma route, cette église si symbolique de la ville. Ok je fais ma touriste je vais quand même y jeter un coup d’œil. 2 minutes plus tard, j’en suis sortie. Déçue. Cette fois ci je rentre.

Quand tout a coup.

Hallucination. Un petit bonhomme quillé tout en haut d’un panneau de signalisation. Ce genre de petite figurine que l’on trouve dans les kinder surprise. Ce genre de petite chose qu’on a tant animé petit au détour d’une histoire des plus rocambolesque. Et bien elle était là. Perchée sur ce trône d’acier. Enfin, je souris, j’aurais vu un super truc a Reykjavik. Aller Je rentre.

Incroyable en voilà un autre. Puis un autre. Et encore. Puis là aussi. Les pieds s’emballent, la chasse a commencé. Les yeux parcourent tout le paysage, scrutent le moindre détail. Tiens quel joli tag. Je suis toujours en Islande ? Les pieds s’embarquent dans des rues sombres et étroites, plus personnes n’est là, seule face à ces couleurs et ces dessins tous plus surprenants les uns que les autres. Droite, Gauche, Droite, Droite, Gauche, Tout droit, Droite, Gauche. Descente, Montée, Gauche. La tête dans les nuages. Ils sont partout. L’envahisseur a gagné l’Islande. Des tags en tout genre, des illustrations partout et eux …. Ils sont toujours là. Batman, Dora, Hello kitty, Titi, Canard, Soldats, j’en passe et des meilleurs. Ils sont tous là. Le cœur s’emballe, les pieds accélèrent au rythme de la découverte, les rues défilent, je tourne en rond mais n’en rate pas une miette. Je me perds mais reviens toujours a eux. Les yeux divaguent dans l’immensité du détail. L’intuition décuplée, une pause et ils apparaissent. Excitation à son comble, partagée au détour d’un échange virtuel mais tellement présent qu’à l’instant où la chasse se déroule, nous sommes deux a y participer. Quelques heures plus tard, mes jambes ont eu raison de moi, la fraicheur de la nuit arrive, cette fois ci je rentre.

J’aurais quitté l’auberge à 11h et ne serais rentrée qu’a 18h finalement.

Ce jour là, ma chasse fut fructueuse.

32 bonhommes quillés au compteur.

Reykjavik fut complétement magique. Envoutant. Passionnant. En long, en large et en travers on peut dire que cette ville m’aura donné du fil a retordre pour me dévoiler sa plus belle intimité.

Street Art Tour Improvisé au rythme des pieds

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Chasse Frénétique aux Bonhommes Quillés

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photo & Texte © KanCKonYva

 

Advertisements

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. super! ca c’est original;) chaque ville a son truc particulier: a Montpellier, il y a un type qui colle des demis velos sur les murs des maisons;p c’est assez inattendu !

    Aimé par 1 personne

    1. KanCKonYVa dit :

      Ahahah je trouve ca genial ! J’y ferais attention la prochaine fois que je passerais sur montpel ^^

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s