Je me souviens de … cette gamine qui m’a regardé

Voila maintenant 3 jours qu’elle n’est pas rentrée au foyer.

Elle a commencé sa prise en charge en fugue. Ordonnance de placement, ok, mais où est la gamine ?

2 semaines plus tard elle parait avoir trouvé le chemin de la maison.

Ca y’est, elle est « la fugueuse ». La psy est d’ailleurs formelle, elle ne restera pas longtemps, elle finira par refuguer rapidement. 

Alors tout le monde reste sur le qui vive au cas où.. Tout le monde est content de la voir rentrer le soir et tout le monde angoisse quand elle part ne serait ce que pour aller a l’école… Résignés, tout le monde lui dit au revoir comme un adieu tous les matins.

Ce jour tant attendu est arrivé. Elle ne rentrera pas ce soir.

Ni le lendemain.

Encore moins celui d’après.

Plus personne ne croit en son retour. J’ose quand même poser la question pour assurer mes arrières : »je fais quoi si elle rentre demain? » -je travaillais seule ce fameux demain alors sait on jamais- « Oh tu suis le protocole mais t’inquiète elle ne rentrera plus! »

Elle est rentrée.

Seule au bureau. Elle passe la porte de la maison. Je l’aperçois derrière la vitre.

Cheveux raccourcis, tête baissée je n’aperçois que très peu son visage, tshirt négligemment enfilé qui laisse apparaitre son nombril, ses épaules, short en jeans, collants résilles troués, chaussure rangers. Sac de voyage à l’épaule, sac à main au bras, portable dans la main. Elle marque un temps d’arrêt devant le bureau entre ouvert. Elle continue son chemin pour rejoindre sa chambre. Je murmure son prénom. Elle stop net. demi tour. elle franchie la porte et s’assoit. Elle relève la tête. Maquillée, très maquillée, elle me regarde. Ces yeux cernés de noir, de maquillage de la veille laissant encore apparaitre des traces de larmes, veines violettes se mêlant à ce triste regard, les cils entremêlés, prolongés par un trait de crayon tremblant début de tatouage éphémère, un papillon s’étalant de son front à sa joue droite. Elle me regarde.

Sous son collant troué j’entrevois un bleu. Sous ses ongles vernis d’une semaine, j’entrevois de la terre ou tout autre substance laissant présager une hygiène quelque peu négligée. Les mains tremblantes, elle est fatiguée, j’en suis sure. Mais non le protocole me dit qu’il ne faut pas qu’elle regagne sa chambre avant d’être passée par la case chef de service. Elle sera reçu 5h30 plus tard. Elle restera assise dans ce bureau 5h30. Elle me parlera 1h30. Elle m’écoutera 20minutes. Elle pleurera 10minutes. Elle me regardera 5h30. Elle sort. Elle part. Elle revient, croise mon regard, murmure un merci. Elle part.

5h30 où elle m’expliquera sa vision de l’amour, sa vision du futur, sa vision de la vie.

Voila maintenant 3 jours qu’elle n’est pas rentrée au foyer. Elle était dans la rue. Elle était avec son petit ami. Elle devait gagner de l’argent, les drogues coûtent cher de nos jours. Elle est aussi passée voir sa mère pour la rassurer. Puis elle est rentrée.

Elle dormi 16h le soir de son retour. Elle était fatiguée. 16h plus tard elle est repartie. Elle s’est excusée, ici c’était trop pour elle. Elle est partie.

2 mois plus tard nous la retrouvons au tribunal pour enfant, une main levée sur son placement a été prononcée. Elle n’a pas voulu parler. Elle m’a regardé. Une femme, sa mère, l’accompagnait à l’audience. Un homme aussi. J’appris plus tard que c’était leur mac comme on dit dans le jargon. Elle est parti. Elle s’est retournée. Elle avait une perruque. Elle ne vivait plus au foyer désormais, elle ne rentrerait plus.

Photo & Texte © KanCKonYva
Advertisements

8 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. leklektik dit :

    Triste vie, mais si bien contée…

    Aimé par 1 personne

    1. kanckonyva dit :

      Merci d’avoir pris le temps de lire ces quelques mots et pour ce joli commentaire

      J'aime

  2. Alain DELIBIE dit :

    Vous êtes allée faire un tour sur mon blog, alors je suis allé voir le vôtre. Je choisi souvent l’humour, le futile ou la dérision…ici, c’est puissant, grave, ça vous laisse même un sentiment de culpabilité du style « j’aurai tant aimé être là, faire quelque chose ».Peut-être parce que j’ai deux filles et deux petites filles que je me suis senti touché par ce texte…Bonne continuation.

    Aimé par 1 personne

    1. KanCKonYVa dit :

      C’est vrai que ce texte laisse peu de place à l’humour. La gravité de la situation ne peut se traiter autrement. Mais sur le terrain, heureusement que l’humour est là, et a été là, ce jour là aussi. On peut évidemment parler d’humour noir, d’un humour exutoire, d’un humour « d’éduc » – trash mais toujours bienveillant –
      Merci d’avoir pris le temps de lire ce texte
      Au plaisir

      Aimé par 1 personne

  3. yurididion dit :

    Waouw! Difficile de dire plus tant la situation et sa description sont prenantes, puissantes. La détresse que l’on sent dans la description succincte des 5h30 est saisissante. J’adore ces « paroles d’éducateurs », ces témoignages discrets qui mériteraient tellement plus de place et de visibilité. Merci.

    Aimé par 1 personne

    1. KanCKonYVa dit :

      Décidément tu as l’art du compliment !
      Très touchant, merci..
      C’est un plaisir de partager ces histoires avec des personnes qui peuvent mesurer l’intensité de ce genre de situation par un vécu similaire ou une représentation fidèle à la réalité. D’autres ne tarderont pas a arriver ^^ Source inépuisable d’inspiration ces jeunes ! Merci a toi 🙂

      J'aime

  4. Bonjour (ou bonsoir 🙂 ), je te remercie de ta visite sur mon blog et de ton commentaire ! Ton blog a l’air très intéressant je me suis donc abonnée. J’ai également apprécié le texte qui effectivement n’engage pas à rire, j’aime beaucoup l’usage des phrases courtes ! Ash

    Aimé par 1 personne

    1. KanCKonYVa dit :

      Merci pour ton passage par ici ash, et pour ce gentil mot posé là 🙂
      Au plaisir de se lire de nouveau par chez toi ou par chez moi 🙂
      Tres bonne journee a toi

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s