Le caillou des possibles

Iceland power.

Étrange sensation que d’arriver sur cette immensité de rien provoquant un ouragan de tout.

Le Caillou tant rêvé est enfin a portée de main. L’avion vient d’atterrir, j’en suis encore a essayer de comprendre l’espace temps qui nous sépare de la France, ces deux heures qui se perdent dans les profondeurs des nuages. Mon pied arrive sur le tarmac. « Mais qu’il fait chaud!! » Il faut dire que j’avais prévu le coup, entre le backpack qu’il fallait alléger pour les contrôles de bagages et les températures extrêmes que l’on devait trouver la haut, les couches s’étaient superposées sur moi. Un caraco, un damart, un tshirt manche longue, une polaire et une veste de ski. Un leggings, un pantalon rando léger, un pantalon fourré pilou. Chaussure de rando. « Mais qu’il fait chaud!! » – On y est, l’aventure peut enfin commencer –

Tant fantasmé, imaginé et attendu. – Et maintenant il se passe quoi ? – La découverte du pays peut alors commencer. Et quelle découverte ! A droite, a gauche, devant, derrière, 1km, 50 de plus, tout, absolument tout est différent. Absolument tout est merveilleux.

Aurore addict.

L’attente la plus grande se porte sur les aurores boréales… La fameuse ! L’espèce de rêve inaccessible, qu’on sait exister mais qu’on ne peut imaginer dans le réel. Et pourtant … Elle est bel et bien là. – Au dessus de moi. Qu’une chose a faire, réaliser que c’est en train de se passer et savourer. Océan atlantique dans le port de Reykjavík … la tête se lève. Le spectacle commence. Du vert qui danse, des auréoles bleues qui l’entoure, des jaillissements de rose qui sortent de cette explosion rythmée … Ça valse, ça tourne, ça se ballade entrainant le ciel entier dans son folklore… Ça te transporte dans un univers inconnu où la sensation se mélange aux émotions, où le réel est surpassé par la splendeur du moment. De la musique se fait entendre, Aurore chante, de la lumière t’éblouis, Aurore brille, des frissons t’envahissent, Aurore vie. Tout parait possible face à elle et pourtant tout est si fragile. Aurore tourne des talons et s’en est allée. Elle est si furtive, si éphémère… si frustrante. Elle est utopisquement réelle mais rien ne te confirme qu’elle était là après son passage. Elle a fabriqué une parenthèse magique qui s’est dissipée dans l’univers. Il ne te reste plus que des souvenirs, quelques photos arrachées à cet instant et une émotion ambiguë de perplexité et d’excitation. Puis l’espoir. L’espoir d’en revoir, un espèce de rendez vous que tu lui donnes. Et elle revient. Le lendemain elle était de nouveau là. Mais le reste du voyage s’est fait sans elle… Elle nous aura suivi mais jamais rattrapée.

Giant Ice.

Tu entres dans un livre de géo. Ce livre qui t’a valut des mots dans le carnet quand tu l’avais oublié à la maison, ce livre qui t’en a fait baver quand tu devais apprendre par cœur le nom de toutes les capitales du monde, ce livre qui t’a étonné mais dont tu n’as jamais trouvé la réelle utilité parceque trop loin du monde dans lequel tu vis… Et bien ce jour là mes deux pieds avaient plongé dans ses pages. Propulsée face à un glacier se jetant dans un lac pro glaciaire où d’énormes blocs de glaces aiment à se baigner. Ils sont partout et si spectaculaire ! Tu t’amuses a imaginer la fameuse partie submergée de l’iceberg mais c’est en vain, ton esprit est tellement occupé à observer ce géant de glace qu’il ne peut être court-circuité par  quoique ce soit. Si majestueux, élégant et imposant. Il parait si léger et délicat, comme posé en surface, planant au dessus de l’eau, il parait si indépendant. Et pourtant, il reste stoïque face aux vagues qui le bouscule, l’eau vient s’échouer contre lui et rien ne parait l’ébranler, il est comme posé là, en sommeil, prêt à surgir au moindre instant. Il se laisse dissimuler sous le ballet des vagues, et refait toujours surface sans avoir bougé le moindre flocon. D’un bleu turquoise qui laisse passer les rayons du soleil, il illumine l’eau par ses reflets. Petit à petit, il sort de son lac pour aller se jeter dans l’océan et finir par s’échouer sur une plage de sable noir. Et là il faut imaginer, une plage, une immense étendue de sable noir, une quantité infinie d’iceberg parsemés sur cette terre où le noir vient porter le blanc à bout de grain. L’océan à pris le temps de sculpter la glace avant de l’abandonner à la vie terrestre pour le plus grand bonheur de nos yeux ébahis. Ce spectacle unique en perpétuel évolution fait ressortir la fragilité de la vie par la naissance et la transformation de la matière avant de disparaitre au yeux du monde. Phénomène éphémère et impalpable, métamorphose permanente mais invisible. Magie colorée et envoutante qui pousse à l’admiration.

Jump Sea.

Quelle histoire que cette aventure en mer qui mêle larme et excitation face à un spectacle d’une rare beauté. Elles jaillissent, s’élancent, dansent. Que faire d’autre qu’admirer cet instant figé seul au milieu du bleu … Le temps se suspend au fil de l’eau laissant un espace à ce géant des mers qui virevolte par delà l’horizon. Un bruit sourd se dissipe au rythme des remouds. Envouté par cette magie, l’âme emportée dans les profondeurs de l’océan. Des larmes coulent ne pouvant lutter contre l’émotion ressentie, tout explose. Quel moment. Elle nous dira au revoir de la nageoire ce jour là pendant 2minutes 42.

 L’islande c’est tout ça. Et bien plus.

Suite au prochain épisode.picsart_10-03-04-40-17

Photo & Texte © KanCKonYva
Publicités

8 commentaires Ajoutez le vôtre

    1. kanckonyva dit :

      Ce caillou transpire la magie ! Tout y est splendide et incroyable, quelle belle aventure que de le parcourrir 🙂

      J'aime

  1. loisobleu dit :

    Pour y aller j’en fus tant, que des cailloux j’en déborde !!!
    Alors malgré les coups….je continue..

    Aimé par 1 personne

  2. Photonanie dit :

    Waouw! Quelle chance 🙂 Quand j’y suis allée c’était (nous a-t-on dit) la saison des aurores boréales mais à mon avis elles aussi étaient parties en vacance parce que nous n’en avons pas vu une seule… Mais le reste valait quand même largement le déplacement, un de mes plus beaux souvenirs de voyages que ce pays du peuple caché!

    Aimé par 1 personne

    1. kanckonyva dit :

      Dommage qu’elles n’ai pas pointé le bout de leur nez ! Mais effectivement meme sans ca l’islande reste incroyable en tout point 🙂

      J'aime

  3. pedrol dit :

    belles photos 🙂 PedroL

    Aimé par 1 personne

  4. janpeire dit :

    A reblogué ceci sur Rḁ̐pietaet a ajouté:
    Un bilhet dau ‘vendres raubat a un noveu cibercaïer dins la lista que se fai veire au debas de queu-quí. Podetz i ‘nar fusinar, qu’es fòrt-fòrt ben escrich, agradiu e i a de las bra’as fotografias.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s